La Technique du Bulldog

Pas très loin des clichés du cinéma réservé à un public qui commence à peine à maitriser sa langue natale, la technique du bulldog, consiste à se comporter comme un chien qui jamais ne lâche  sa prise sur un élément (l’os) et réagit agressivement ou de manière menaçante (grogne, aboie) lorsqu’on tente de lui retirer. Cela parait être un peu cabot, mais il ne faut pas « être chien » pour faire une petite revue des inconvénients, et avantages de la technique du bulldog :

* Pourquoi l’employer ?

Bon, d’abord, pour avoir la technique du bulldog, il ne faut pas forcement se sentir l’âme d’un chanteur de rap qui porte une arme et un râtelier doré (ou pas d’ailleurs, de nombreuses chaines et pacotilles, ou signes extérieur de richesse font souvent parfaitement l’affaire –oui, tu peux ranger ton i-ped) ni d’un homme de main qui doit faire le sale boulot (le cliché veut que beaucoup de ceux qui emploient la méthode s’inspirent des films sur la pègre, la mafia, ou les caïds des cités…)

Il faut avoir un enjeu à employer cette méthode : soit une absence totale d’éthique et de sens moral, soit, a contrario, une cause morale indemordable et indiscutable dans laquelle on se sent dans son bon droit.

Parfois, la méthode est indispensable car :

« l’homme est un loup pour l’homme » (ouais j’aime bien quand je cite Rabelais comme ça…)

et surtout :

le collègue de travail et un loup enragé et ambitieux qui ne se privera pas d’aller voler dans ton assiette surtout si ses dents sont plus longues que les tiennes

et que :

le client est un Dahue pour le prestataire qui peut parfois souffrir de longues heures sous les postillons de la colère divine parce que là, y’a un angle, il est moche, et que bon, c’est inadmissible de livrer ce niveau de qualité, parce qu’un angle, qui est moche, dans un bloc, dans un coin, ça remet bien-sûr en cause tout le business.

(oui certaines expériences reste sans commentaire…)

* Quand l’employer ?

Mais revenons à nos bulldog plutôt que de les compter, ou de jouer à saute bulldog.

Que ce soit à temps plein ou à temps partiel, la technique du bulldog est à employer de préférence lorsqu’on est certain de gagner : ça consiste à tenir à son os car on est certain de pouvoir le conserver (oui, si vous avez une tendance chie-wouah-wouah*, ou char-pet*, laissez tomber, ça va pas le faire), ou à tenir à sa proie comme si on était le ou la seul(e) à pouvoir la manger.

Lorsque je dis « certain de gagner » je veux clairement dire « savoir par expérience » (et donc par un minimum de factuel et d’empirisme, n’allez pas appliquer la méthode à l’aveugle après la lecture de votre horoscope chinois qui vous disait que ce matin, vous allez mettre le feu) Il faut donc employer la méthode lorsqu’on a une chance d’avoir le dessus, ou de gagner : la méthode ne se pratique pas comme on pari aux courses (même si parait-il c’est basé sur un minimum de factuel), car sinon, parfois on perd son meilleur cheval.

Il faut donc se sentir l’envie d’endosser un « mauvais rôle » pour quelque chose pour lequel on est certain de faire un maximum de bénéfice ensuite (vous mettant par là même à l’abri de toute représailles attendues, et facile à prévoir lorsqu’on emploie cette méthode), il ne faut pas avoir peur de l’avis d’autrui, l’opprobre est un peu le principal risque de la méthode, le temps est le seul allier pour montrer qu’on a eu raison de procéder ainsi.

Un bulldog c’est donc quoi ou qui ?

« Un bon bulldog a la mâchoire articulée sur avec un cran de blocage inusable » (Sylvain P. Chef de projet), je vais quand même nuancer le propos, on peut voir le bulldog aussi comme une « mère juive » qui veut protéger ses enfants et son patrimoine des agressions ou profits extérieurs.

Le bulldog-style est une méthode comme une autre pour illustrer un propos, ou défendre un principe.

Il est difficile de travailler dans une société capitaliste et de se rappeler que l’on travail pour la communauté des employés qui la peuple : c’est à la fois antinomique et contradictoire : le capitalisme étant la valorisation de l’individualisme, la société étant une somme d’individu qui doivent former un groupe homogène et solidaire ; Ceci, Provoque  parfois des débordements.

De même, une équipe projet entre client et prestataire, bien que chacun « dans un camp » doit former une unité solidaire, prête au dialogue, au pardon et à la compréhension mutuelle dans un but commun : sortir un projet, mais doit aussi défendre ses intérêt personnel : défendre ses ressources, ses estimations, son besoin, son périmètre fonctionnel.

Comment éviter le combat de chien ?

  • Restez factuel. Lorsqu’un bulldog grogne et râle sans raison, il convient de savoir quel est son intérêt et s’il a une réelle légitimité à le faire. Par conséquent si vous employez la méthode, pensez à avoir les bonnes raisons de le faire.
  • Restez ferme. Ne pas augmenter l’agressivité, juste tenir fermement sur son os, ou son propos, ne pas en faire trop, ne pas être agressif sans raison.
  • Restez ponctuel : Un Bulldog qui grogne de manière aléatoire pour la moindre broutille, et qui ne fait jamais preuve de souplesse lorsqu’on lui flatte un peu la tête perdra toute crédibilité et toute marque de potentielle confiance.


Sinon il reste la bonne vieille méthode de la patte de velours, plutôt que bulldog, restez gros minet.