Les piliers de la confiance

Confiance[1]

On ne le dit jamais assez, la confiance est une chose importante pour la collaboration en entreprise.

Si je n’ai pas confiance, si je n’ai pas foi en toi, comment pourrais-je penser que tu feras de ton mieux pour réaliser quelque chose qui nous apportera de la valeur à tous ?

Mais la confiance est un éléments fragile, pour la reconstruire, il faut rebâtir les relations ou partir.
Partir est une alternative honorable lorsqu’elle est nécessaire, après tout on met tous la confiance à un certain niveau.

Voici ce qui ressemble à mes piliers de la confiance :

Transparence / Sincérité / Vulnérabilité le triptyque de la vérité

Quand on a un problème, ou quelque chose qui ne nous convient pas, il faut le dire. Garder une rancœur ne sert à rien, se retenir de dire, juste pour « ne pas blesser » est du même acabit. On ne peut pas faire confiance à quelqu’un qui n’ose pas vous dire les choses en face. Et encore moins en quelqu’un qui vous attend au tournant.

Si tu essayes toujours de me ménager, tu me prives de la possibilité de progresser, tu ne souhaites donc pas mon bien

 
La vulnérabilité est une facette de la transparence. mais pas seulement. Se montrer vulnérable, c’est montrer qu’on peut oublier la honte.

Si la seule facette que tu me montres, c’est ton visage le plus fort, et toujours un tempérament solide, qui a honte lorsque tu perds courage, comment puis-je imaginer qu’un jour lorsque moi, je vais flancher, je vais pouvoir compter sur toi pour ne pas me faire me sentir coupable ?

 

Fiabilité / « être quelqu’un sur qui on peut compter » :

Si je ne peux pas te confier quelque chose que tu fasses avec toute la meilleure foi dont tu es capable pour faire au mieux pour remplir les objectifs demandés, si je découvre que tu fais quelque chose en dilettante, ou avec une importance nettement moindre que celle que j’ai fixée, alors comment puis-je encore te faire confiance après ?

 

Souplesse / Adaptabilité

Ce trait là semble souvent contradictoire avec la confiance et pourtant. Les gens inflexibles ont ne peut leur faire confiance que pour camper sur leurs positions, mais pas pour pardonner.

Si tu ne changes jamais, si tu ne montres que de l’inflexibilité il est évident que je ne peux pas te faire confiance pour t’adapter.

La résistance aux changements peut être utile à petite dose. on peut tenir à ses valeurs soit. Mais…

Si dans de nombreuses situations s’il est impossible de te demander de changer, il me sera impossible de te proposer de relever des défis ou de faire des choses un peu difficile car je sais au fond que tu les feras sans ardeurs ni sans y mettre ta meilleure volonté.

 

Politesse / Humilité :

La politesse, si elle est bien utilisée est une facette de l’humilité. « Merci » est un acte de miséricorde, de pardon, de « grâce ». « S’il vous plait » veut bien dire ce que cela veut dire « si cela vous plait », cela laisse encore le choix, « Je vous prie de m’excuser », « je vous demande pardon » je vous explique pas.

Voilà, cette liste peut être complétée, débattue, mais avec le temps et l’expérience j’ai appris qu’il s’agissait de mes piliers de la confiance.

Comments 1

  1. « Comment puis-je imaginer qu’un jour lorsque moi, je vais flancher, je vais pouvoir compter sur toi pour ne pas me faire me sentir coupable ? »

    Pas trop d’accord sur ce point. Tu peux avoir des gens qui ne montrent pas un type de faiblesse spécifique mais qui font en sorte que l’autre ne se sente pas coupable pour autant.

    Quant à la souplesse et l’adaptabilité, elles sont nécessaires, je le concède bien volontiers, mais trop de souplesse, trop d’adaptabilité amènent à cela « Si tu dis oui à toutes mes demandes, comment est-ce que je peux te faire confiance pour ne pas dire oui à toutes celles des autres, et ce même si elles sont contradictoires avec les miennes ? ».

Laisser un commentaire