Led Mémoire

Pourquoi faut-il maitriser votre sujet (fonctionnel au moins) lorsque  vous êtes chef de projet ?

Si vous n’êtes pas capable de répondre clairement à la question « ton projet ça fait quoi » ? D’apporter le niveau de détail suffisant lorsqu’on vous le demande ou d’être accessible par plusieurs métiers (même les non initiés) sur le service rendu par ce sur quoi vous bossez, non seulement vous risquez de prouver que vous avez une mauvaise mémoire , mais vous allez aussi et surtout démontrer que vous êtes un bouffon (qui ne comprend rien à ce qu’il fait, et de là à se demander ce que vous faites sur le projet, il n’y aura qu’un pas que de nombreux acolytes friands de potins et se délectant des échecs des autres parce que comme ça on voit pas qu’y bossent pas, n’hésiterons pas à franchir d’un entrechat avec leur gros sabots –POC POC-)

L’objectif du chef de Projet c’est quand même bien d’être le référent du projet, tel un capitaine de bateau, il doit tenir la barre, donner les directions les plus sages, voir venir l’orage, avoir une road map et maitriser le fonctionnement de son bateau.

Sinon ? il n’arrive pas à bon port, ou il coule et sa nef avec lui.

J’aborderai dans un autre sujet les signes avant coureurs du ratage d’un projet (comme les rats qui quittent le navire, ou les matelots qui commencent à souffrir de la surcharge… et des solutions à y apporter, mais là n’est pas le thème du jour.)

Le thème du jour c’est connaîs-toi toi-même. Ou du moins ce sur quoi tu bosses.

Si vous n’arrivez pas à répondre à une seule des questions suivantes : vous pouvez encore rectifier le tir. (Si vous ne pouvez répondre à 2 : affolez vous ! et plus, envisagez soi de demander une formation, soi de changer de métier) :

Quoi ?… Pour quoi ? et Qui ?… Ah… et Où ?… Quoi ?… ah oui, et donc… Où ? Par rapport à quoi ?… Ah !! Quand ?… Quand ça ? Ouais mais Comment ? … hein ? Comment ?? COMBIEN ????!!!

(Oui, résumé comme ça on dirait un dialogue de sourd : petite explication de texte.

1)       Quoi ? Que fait le projet (principales fonctionnalités…)  

2)      Pour Quoi ? Qui ? A quel(s) besoin(s) répond-t-il et qui en sont les consommateurs (objectifs principaux et destinataires, bénéficiaires…)

3)      Où ? Quoi ? Où se situe la qualité du service, comment la mesure-t-on et pourquoi ? (et comment je l’assure 😉 )

4)      Où ? Quand ? Comment ? Où se place votre projet par rapport au reste de l’univers (en passant par les projets fortement  connexes, faiblement connexes, les autres projets, le SI au complet, la société et ses métiers … et bon, vous pouvez aller jusqu’à l’univers si vous avez du temps pour réfléchir ça vous regarde… comme votre chef ;))  

5)      Quand ? A quels moments, dans quelles conditions votre projet est en action ?

6)      Comment ? Comment votre projet interagit avec les autres projets, outils, applications, utilisateurs, métiers, société extérieures…

7)      COMBIEN ????!!! Combien coute votre projet, au moins en jours/hommes et  en coût produit (logiciel, machines, licences) –bon en fait ça c’est uniquement si on vous demande des éléments tangibles, et qu’on vous communique ces infos là… Parfois, il arrive qu’on le fasse pas.

– Pourquoi faut-il savoir tout ça ?

Pour rassurer, Anne-Marie-Laure-François lorsqu’ilou elle vient vous demander ce qu’il ou elle doit produire pour vous (et par conséquent ce qu’il ou elle n’est pas obligé(e) de réaliser)

Pour conforter Pierre-Charles-Henriette-Jean que vous avez bien compris son besoin et que vous êtes capable de lui restituer ce qui est retenu, ce qui va être mis en œuvre, dans quels délais, et grâce à quelles décisions et intervenants.

 Pour pourvoir espérer obtenir de Christian-Georges-Stéphane-Marie qu’il ou elle vous donne les éléments qui vous manquent pour réaliser ce que vous devez  faire et qu’il ou elle soit bien au courant que sans ça, vous ne couvrirez pas tous le périmètre de votre projet correctement urbanisé, architecturé, et dont vous connaissez chaque brique comme le dos de votre main.

Pour répondre du tac-au-tac à votre boss, juste avant de demander votre prochaine augmentation (Oui négocier une augmentation quand on a commencé une conversation par des « euhhhhh… » concernant un truc que vous devez savoir normalement, c’est rarement un bon démarrage à une négociation salariale, m’enfin je recueil volontier vos expériences si vous parvenez quand même à obtenir quelque chose.)

Enfin, pour rafraichir la mémoire à tous ceux à qui vous avez déjà répété 50 fois (dans la joie, la bonne humeur, et un sourire) ce que faisait votre projet (et vous aussi, dessus à l’occasion) parce que c’est pas leur boulot à eux de se souvenir de ça,  mais bel et bien le vôtre !

I am the master of my fate:
I am the captain of my soul.
(et of my project, si j’avais trouvée la rime)

WILlIAM E. HENLEY

Laisser un commentaire