Je te suivrais, où tu iras j’irais, fidèle comme un pass navigo.

La Stib veut sécuriser la carte Mobib

Lire l’article
La Cnil tacle Navigo

Lire l’article
Dans un pays où la liberté est une vertu pour laquelle il faut se battre bec et ongles à n’importe quel prix, même si par définition, la liberté commence là où s’arrête celle des autres…

Faut-il vraiment avoir peur d’un système qui trace nos allez-et-venus dans les transports en communs ? Et y’a-t-il vraiment des caméras et une puce de traçabilité dans nos téléphones portables pour tout les déplacements que l’on fait en dehors du métro parisien ?

Quand on cherche on trouve.
Si quelqu’un me cherche, il me trouvera. Que la RATP puisse savoir où je suis ou pas. Et je ne suis pas sûre qu’ils le sachent vraiment.
Mais admettons que quelqu’un veuille savoir, où moi, moi, mon nombril et moi-même (oui, le propre de la skyzophrénie étant bien le dédoublement de personnalité et la paranoïa) Je pense que je ne pourrais rien y faire. A moins de courir vite, de brouiller les pistes, d’avoir besoin et raison d’avoir quelque chose à cacher, et d’alterner entre transports en communs, taxis, et bus.
Je pense qu’avec ou sans pass navigo, anonyme ou pas, si quelqu’un me cherchait, il me trouverait. Il aurait fallu déjà être plus discret sur facebook, viadeo, linked in, ne pas envoyer de CV, ne pas avoir un dossier aux impôts ou ne pas prendre un appartement. Le principe de la confidentialité, c’est un principe moral, pas vraiment réel. Et pendant qu’on se plaint du problème d’anonymat de notre pass navigo, on continu à fournir notre feuille d’imposition à nos propriétaires.

Le paradoxe du psychologue.
Quand on rencontre quelqu’un qui est psychologue (ce qui n’est pas mon cas), ou qui a fait des études de psychologie (ce qui est mon cas) on entend souvent autour de soi un « ha mais tu vas m’analyser » Oui. Et puis quand vous croisez un docteur il va vous occulter, un avocat il va vous faire un procès et un tatoueur tien, il va forcement vous tatouer… Bon et un agent de la RATP ? Il va vous suivre ? Tracer vos pas ? D’abord non seulement, personne ne se réjouis de travailler (non personne, pas d’illusion à se faire) mais si c’est pour bosser encore plus en dehors du taff… Je pense que les agents de transports (ceux qui ont accès à des informations sur vos « voyages » dans le reseau parisien) n’ont cure de vous, personnellement vous. Par contre il s’intéressent certainement au type de population qui voyage dans quel sens, et à quelles heures, et finalement tout ça pour vous proposer de la pub, mais surtout, aménager le nombre de voitures disponibles, la fréquences de passage, voire ajouter des aides à la montée, et ça, après tout, les privée de cette info, c’est bien dommage, pour eux, mais surtout pour vous.

Bref, je me pose donc bien la question du débat là-dessus. Est-ce qu’il est vraiment besoin (et temps) de casser les pions de la RATP pour commencer à améliorer leur service quand il y a tant de domaines qui mériterait un remaniement de valeurs…

Laisser un commentaire