Internet Explorer 6… Pour ou contre.

Des faits :

Aujourd’hui faire de la gestion de projet web orienté multi-navigateur dont IE6 c’est compter 50% de travail en plus pour les développeurs front Offices et près de 25% de temps en plus de recette à consacrer.

C’est donc un bel amont à ajouter au devis, aujourd’hui la compatibilité IE6, ça se paye, cher même, ne serait-ce parce que les profils compétents pour développer dans cette compatibilité ont aussi un prix.

Ce n’est pas qu’IE6 soit un mauvais navigateur, il était même un des plus puissant de sa génération, mais au vu de la multiplication des navigateurs webkit (chrome, Safari), et la stabilisation de Firefox (On ne peut plus vraiment parler de « montée en puissance » là ) Microsoft © s’est aligné et a sorti depuis : la version 7, la  8 très robuste et déjà la 9 Beta (cette dernière étant compatible uniquement avec Windows 7, mais ce n’est pas une tentative de vous faire adhérer à leur nouvel qui est très très bien –oui, si tu es RH, et que tu bosses pour Microsoft, n’hésites pas à me demander mon CV ^_^)

Je ne vous referais pas l’explication de « pourquoi encore autant d’engouement pour IE6, alors que tant de nouveaux navigateurs sont à portée de click sur le bouton télécharger? », vous trouverez une analyse ici qui résume bien la situation (même si elle mérite un petit up-to-date)

En résumé, aujourd’hui IE6, ce sont des standards qui ne sont plus W3C, des feuilles de styles interprétées au petit bonheur la chance, des fix à tout va pour gérer les pseudos transparences et les arrondis, et une conception de la sécurité plus du tout adaptée au surf.

Oui mais voilà, le surf, ce n’est pas vraiment ce que l’on fait dans les entreprises, -oui oui, on travail !-(sauf si, comme moi, vous avez la chance de bosser dans le web, et que le surf fait aussi partie de votre taff) et Migrer un gros parc machine pour un nouvel OS, un nouveau navigateur, et rendre compatible tout les applicatifs métiers à cela, c’est un budget que certaines entreprises mettent du temps à accorder. (Je ne m’accorderais pas, par contre, comme l’article ci-dessus, à dire que  la raison de l’absence de migration se fait aussi par flemme ou par ignorance, nous sommes tous entre gens de bonne foi*)

Quoiqu’il en soit, la vraie part de marché mondial d’utilisation d’IE6 en mars 2011 est de 11,6% (avec un petit 25% pour la chine tout de même)  Ces données sont issues d’une étude commandité par Microsoft © afin de lancer le IE6 countdown, (le compte a rebours de IE6 pour les francs lisant) histoire de voir disparaitre cette belle, mais tout de même, antiquité du web.

Malgré cela, quelques irréductibles ont aussi lancé une pétition pour ne pas voir disparaitre du web ce mignon petit outils, vous pourrez y trouver quelques commentaires du genre « For years I have been trying to achieve the random div placements in any other browser and failed miserably. » (pendant des années, j’ai essayé de reproduire le placement aléatoire des balises div dans une page avec d’autres navigateurs sans jamais y parvenir) ou « Because without all the time spent IE6-proofing my clients’ web pages, I wouldn’t have afforded this Mac! » (« sans tout ce temps à développer avec compatibilité IE6, je n’aurais jamais pu me payer mon MAC »)  ou encore « As a webdeveloper it hurts me when I find myself unable to style browser’s scrollbars. It’s the most important aspect of user interaction and inferior browsers like Firefox don’t let me style them! IE for life! » (non y’a des fois, je ne peux pas traduire pendant que je me bidonne)

Bref, vous l’aurez compris, le mouvement général va vers l’avenir, (ou au moins le présent) alors il est temps de remettre les pendules…

Comments 1

  1. On peut en dire sur IE 6. Par exemple que quand il est sorti Jospin faisait de la politique et personne ne connaissait Ben Laden.

    Au bout de neuf ans, et avec tous ces défauts, ce n’est plus de l’inertie, c’est effectivement de l’incompétence (l’OS n’étant pas une excuse avec IE7 et firefox qui marchent sur XP).

Laisser un commentaire